Point conjoncturel – octobre 2017

 

À l’issue de sa réunion du 26 octobre, la BCE a annoncé une nouvelle réduction du montant mensuel de ses achats d’actifs. À partir de janvier 2018, ceux-ci passeront à 30 milliards d’euros contre 60 milliards d’euros actuellement et 80 milliards d’euros entre mars 2016 et avril 2017.

La BCE prévoit que les achats d’actifs se poursuivront à ce rythme au moins jusqu’en septembre 2018, sans exclure d’en accroître le montant si les perspectives d’inflation se dégradent ou si les conditions financières se durcissent.

La BCE a maintenu ses indications sur la trajectoire future des taux d’intérêt (« forward guidance ») en indiquant que ceux-ci devraient rester au niveau actuel bien au-delà de la fin de ses achats d’actifs.

Elle a également insisté sur le fait qu’elle réinvestirait les remboursements perçus lorsque les titres de son portefeuille arrivent à échéance, et ce pendant une période prolongée après la fin de ses achats d’actifs.

Ces annonces sont globalement en ligne avec les attentes des investisseurs et confirment que la normalisation de la politique monétaire de la BCE ne se fera que très graduellement, de façon à éviter un durcissement trop précoce des conditions financières.

Dans le discours, Mario Draghi reste fidèle au triptyque « confiance, persistance, prudence » évoqué à Sintra fin juin : la BCE est confiante que sa politique monétaire fonctionne et qu’elle permettra un retour de l’inflation vers 2% ; il faut néanmoins persister dans le maintien d’une politique accommodante ; enfin la prudence doit guider la normalisation.

Ces annonces interviennent dans un contexte où la croissance économique est toujours bien orientée. Le PIB de la zone euro a augmenté de 2,6% en rythme annualisé au deuxième trimestre et les enquêtes de confiance se maintiennent à un niveau élevé, laissant espérer un bon chiffre au troisième trimestre.

Malgré ces différents éléments positifs pour la croissance, l’inflation ne montre pas encore de signes convaincants d’accélération. L’inflation sous-jacente a légèrement accéléré sur les derniers mois (+1,1% sur un an en septembre) mais cela s’explique principalement par certaines composantes volatiles de la catégorie des services.

 

 

 

En dépit des ouragans, la croissance américaine a été quasi stable au troisième trimestre. Elle est ressortie à +3,0% en rythme annualisé contre +3,1% précédemment. Les tempêtes ont tout de même pesé sur la demande domestique (+1,9% après +3,2%), aussi bien sur la consommation que sur l’investissement. Le commerce extérieur et la variation des stocks ont été des facteurs de soutien.

Les enquêtes ISM décrivent une conjoncture américaine très bien orientée. L’indice du secteur manufacturier est au plus haut depuis 2004 (60,8 en septembre) et celui du secteur non manufacturier depuis 2005 (59,8 en septembre).

Le rapport sur l’emploi en septembre a été marqué par les conséquences des ouragans Harvey et Irma.  Selon celui-ci, un peu moins de 1,5 million d’américains n’ont pas pu travailler à cause de la météo durant la deuxième semaine de septembre, période où les données ont été collectées pour calculer les différentes statistiques.

Le chiffre de 33 000 destructions d’emplois en septembre ne nous donne donc pas beaucoup d’informations sur la situation du marché du travail. En effet, en raison de la méthodologie utilisée pour le calculer, une partie des salariés dans l’incapacité de travailler n’a pas été comptabilisée dans l’emploi. Ces salariés ont en revanche été pris en compte dans le calcul du taux de chômage qui utilise une autre méthodologie. Celui-ci a atteint en septembre son plus bas niveau depuis 2001 à 4,2%.

L’accélération des salaires en septembre (+2,9% sur un an contre +2,7% précédemment) a pu être biaisée à la hausse, car les emplois non comptabilisés concernent davantage les secteurs à bas salaires, mais cet impact doit être limité et la tendance des derniers mois est à l’amélioration.

Ainsi, au-delà de l’impact des ouragans, les signaux sur l’activité et l’emploi sont très positifs. La déception sur les chiffres d’inflation de ces derniers mois ne devrait donc pas dissuader la Fed de remonter son taux directeur lors de sa prochaine réunion des 12 et 13 décembre.

 

 

 

 

 

La croissance chinoise a légèrement ralenti au troisième trimestre pour s’établir à +6,8% sur un an, contre +6,9% au deuxième trimestre. Le ralentissement est lié au secteur secondaire qui semble avoir pâti du durcissement de la règlementation environnementale. En revanche, la croissance a accéléré dans le secteur des services.

En cumul sur les trois premiers trimestres de 2017, la croissance chinoise est désormais de +6,9% sur un an. Il est donc vraisemblable que le gouvernement atteigne son objectif d’une croissance d’environ +6,5% cette année. Il faudrait en effet que la croissance soit inférieure à +5,6% sur un an au quatrième trimestre pour que le gouvernement échoue.

Ce scénario reste peu probable. S’il n’est pas à exclure que les contraintes environnementales pèsent à nouveau sur les industries les plus polluantes au quatrième trimestre, les statistiques mensuelles de production industrielle montrent que l’activité est bien orientée dans les autres industries telles que l’automobile où l’électronique. En outre, la consommation et les services devraient continuer de jouer le rôle d’amortisseur.

Le 19ème Congrès du Parti communiste chinois a insisté sur l’importance d’une croissance plus qualitative. Par exemple, Xi Jinping a modifié la description de la principale contradiction que le pays se doit de résoudre, en vigueur depuis 1981. Désormais, il s’agit de réconcilier «un développement économique inadéquat et présentant des déséquilibres avec l’aspiration croissante du peuple à une vie meilleure » alors qu’il s’agissait auparavant de répondre aux «besoins matériels et culturels croissants du peuple avec des techniques de production obsolètes ».

Ce message va dans le sens d’une poursuite des initiatives prises cette année, aussi bien sur l’environnement que sur le contrôle des risques financiers. La conférence économique annuelle qui se déroulera en décembre prochain devrait donner des précisions sur les priorités en 2018.

Le Congrès a également été marqué par une consolidation de l’autorité de Xi Jinping, symbolisée par l’inscription de son nom et de sa doctrine dans la constitution du parti («la pensée de Xi Jinping sur le socialisme chinois pour une nouvelle ère »). Il faudra voir dans quelle mesure le président utilisera ce capital politique pour accélérer les réformes.

 

L’opinion exprimée ci-dessus est datée du 27 octobre 2017 et suceptible de changer.

Ce document n’a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Les analyses et/ou descriptions contenues dans ce document ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Lazard Frères Gestion SAS. Ce document ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement. Ce document est la propriété intellectuelle de Lazard Frères Gestion SAS.


-- PDF --