, Les institutions financières européennes : des taux de défaut relativement faibles

Les institutions financières européennes : des taux de défaut relativement faibles

Des taux de défaut inférieurs en Europe par rapport au reste du monde

L’étude de S&P sur les taux de défaut des entreprises entre 1981 et 2018 nous mène au constat suivant : les sociétés européennes ont connu un taux de défaut largement inférieur au reste du monde.

Comment se situent les institutions financières européennes par rapport à leurs homologues américaines et émergentes ?

Si l’on compare les dettes corporates et financières, les données sont également en faveur des émetteurs financiers européens. Par exemple, sur la période, les taux de défauts globaux cumulés sur 5 ans, toutes zones géographiques et tous secteurs confondus, sont de 1,64% pour les émetteurs BBB contre seulement 0.24% pour les émetteurs financiers de même rating.

Une prime de crédit qui rémunère bien au-delà du risque de défaut

Même si la majorité des institutions financières européennes est notée A ou BBB, le taux de défaut cumulé sur 5 ans de 1,43% pour les institutions notées BB nécessiterait seulement 30 points de base de spread pour compenser le risque de défaut moyen sur 5 ans, en prenant l’hypothèse conservatrice d’un taux de recouvrement de 0%.

Le supplément de spread au-delà de ces 30 points de base, rémunère donc l’investisseur dans une banque notée BB pour le risque de volatilité, de mark-to-market, de transition de notation et de liquidité.

Il convient néanmoins de prendre quelques précautions à la lecture de ces chiffres particulièrement flatteurs. En effet, ils ne prennent pas en compte les cas de résolutions d’entités bancaires, comme Monte dei Paschi en 2017, ni les renflouements réalisés par les Etats pendant les crises financières et des dettes souveraines. Ils sont également fondés sur un calcul de défaut par émetteur qui ne prend pas en considération les encours de dette en défaut.

Une solidité financière durable ?

Les institutions financières européennes ont donc historiquement connu des taux de défaut extrêmement faibles malgré les différentes crises des quarante dernières années. Le renforcement de la réglementation constaté depuis la dernière crise et les efforts effectués par émetteurs ne devraient pas remettre en cause ce fait dans les années à venir.

 

Voir aussi :

Investir sur le crédit euro dans un contexte incertain : obligations de la zone Euro à duration courte

Notes : Ces analyses ou descriptions peuvent être soumises à des interprétations selon les méthodes utilisées. L’opinion ci-dessus est exprimée en juillet 2019 et est susceptible de changer.

Ce document n’a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Les analyses et/ou descriptions contenues dans ce document ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Lazard Frères Gestion SAS. Ce document ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement. Ce document est la propriété intellectuelle de Lazard Frères Gestion SAS. LAZARD FRERES GESTION – S.A.S au capital de 14.487.500€ – 352 213 599 RCS Paris 25, RUE DE COURCELLES – 75008 PARIS

Publié par

Francois Lavier

Gérant des stratégies dettes financières