Etats-Unis : un transfert de ressources exceptionnel pour l’instant…

Graphique de la semaine

Les plans de relance adoptés aux États-Unis au printemps ont dépassé tout ce qui avait pu être fait auparavant. L’envoi de chèques directement aux ménages américains ou la bonification de l’indemnisation du chômage à hauteur de 600 USD par semaine ont permis de faire plus que compenser les baisses de revenus d’activité des ménages américains. Cette dernière mesure a notamment amené un certain nombre de travailleurs à percevoir davantage au chômage qu’en activité, le salaire hebdomadaire médian étant légèrement supérieur à 900 USD.

Dans une récession classique, les mesures prises par le gouvernement permettent d’absorber une partie de la perte de revenus d’activité, mais le revenu disponible, qui prend en compte les autres revenus et les transferts nets de l’État, ralentit tout de même, juste dans des proportions moindres. Cette fois-ci, l’ampleur des transferts a amené le revenu disponible à accélérer.

Notre analyse

Ces mesures exceptionnelles sont pour la plupart arrivées à échéance. Tous les chèques de soutien ont été envoyés aux ménages. La bonification d’indemnisation du chômage de 600 USD devait durer jusqu’à fin juillet et elle n’a pas été renouvelée. L’administration Trump y a substitué un dispositif temporaire mais dont les fonds sont restreints, limitant ce dispositif dans le temps.

Dans ce contexte, le revenu disponible des ménages a baissé de 3,2% sur le mois d’août. Les tensions pré-électorales entre Démocrates et Républicains rendent un accord d’ampleur sur de nouvelles mesures peu probable. Des mesures temporaires seront-elles mises en place ou faudra-t-il attendre le début de l’année 2021 pour voir un plan d’aide de plus grande ampleur ?

Le fort rebond de la consommation depuis le printemps s’est donc fait dans un contexte de revenus exceptionnellement favorables. L’absence de nouvelles mesures de soutien des revenus pose donc un risque pour l’activité. En revanche, malgré le rebond des achats, le taux d’épargne des ménages reste très élevé (14,1%), ce qui peut offrir une capacité d’absorption de ce choc pendant quelques mois.

 

Voir aussi : https://lazardfreresgestion-tribune.fr/etats-unis-un-marche-de-limmobilier-deconfine-dans-leuphorie/

 

L’opinion exprimée ci-dessus est datée du 8 octobre 2020 et est susceptible de changer.

Ce document n’a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Les analyses et/ou descriptions contenues dans ce document ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Lazard Frères Gestion SAS. Ce document ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement. Ce document est la propriété intellectuelle de Lazard Frères Gestion SAS. LAZARD FRERES GESTION – S.A.S au capital de 14.487.500€ – 352 213 599 RCS Paris 25, RUE DE COURCELLES – 75008 PARIS


-- PDF --


Publié par

mm

Julien-Pierre Nouen

Directeur des études économiques et de la gestion diversifiée