Économie : que s’est-il passé au 1er trimestre 2019 ?

Par Julien-Pierre Nouen le

 

Apaisement des craintes de récession aux Etats-Unis

Les statistiques publiées au T1 2019 ont permis d’apaiser les craintes de récession aux Etats-Unis. La composante nouvelles commandes de l’ISM manufacturier(1) a rebondi, la confiance des constructeurs de maisons s’est redressée et les inscriptions hebdomadaires au chômage sont reparties à la baisse. Les enquêtes ISM sont cohérentes avec une croissance à peu près stable au T1 2019, après un ralentissement de +3,4% à +2,2% au T4 2018. Mais la déception sur les dépenses de consommation des ménages de janvier (+0,1% après -0,6%) pose le risque d’un ralentissement supplémentaire. Dans la zone euro, la croissance est restée faible au T4 2018, passant de +0,6% à +0,9%. Si l’Allemagne a évité de justesse une récession technique, l’Italie n’y a pas échappé. La croissance française s’est stabilisée malgré le mouvement des gilets jaunes. Les enquêtes PMI(2) dans la zone euro sont marquées par une faiblesse de l’activité manufacturière, surtout en Allemagne. Par contre, le secteur des services résiste bien et le marché du travail ne montre pas de signes d’affaiblissement.

Rebond spectaculaire des bourses mondiales

Les marchés actions mondiaux ont enregistré un fort rebond au T1 2019, effaçant pour la plupart les pertes qu’ils avaient accusées en décembre. Dans leurs devises, le S&P 500 a progressé de 13,1%, l’Euro Stoxx de 11,7%, l’indice MSCI en dollars des actions émergentes de 9,6% et le Topix de 6,5%. Ce retour de l’appétit pour le risque des investisseurs reflète davantage la résorption des craintes de récession aux Etats-Unis et le virage accommodant de la Fed qu’une amélioration des perspectives bénéficiaires, lesquelles ont été révisées en baisse un peu partout. L’avancée des négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis et le report de la date butoir du Brexit ont également participé à améliorer le sentiment. Dans ce contexte, les multiples de valorisation des marchés actions se sont normalisés depuis des niveaux très décotés, sans toutefois devenir excessifs.

Virage accommodant des banques centrales

Les banques centrales ont pris en compte les inquiétudes des marchés. La Fed a adopté le principe d’une pause dans son cycle de resserrement monétaire, en janvier, et les membres du FOMC(3) ont revu à la baisse leurs prévisions de taux d’intérêt, le 20 mars. Désormais, ils n’anticipent plus aucune hausse en 2019, contre deux envisagées en décembre. En parallèle, la Fed a annoncé qu’elle cessera la réduction de son bilan en octobre 2019. La BCE a quant à elle indiqué, le 7 mars, qu’elle reportait une éventuelle remontée de ses taux d’intérêt cette année. Elle prévoit désormais de les maintenir aux niveaux actuels « au moins jusqu’à la fin de 2019 » contre « au moins jusqu’à l’été 2019 » auparavant. Elle a par ailleurs annoncé le lancement d’une nouvelle série de prêts à long terme ciblés pour les banques de la zone euro. Ces annonces de la Fed et de la BCE ont fait chuter les rendements obligataires. Le taux à 10 ans du Trésor américain a reculé de 28 points de base au T1 2019, à 2,41%, et celui de l’Etat allemand de 31 point de base, pour repasser en territoire négatif à -0,07%.

Baisse de l’euro

La dégradation des perspectives de croissance dans la zone euro et les incertitudes persistantes autour du Brexit ont pesé sur la monnaie unique. L’euro a évolué dans un canal baissier compris entre 1,15 et 1,12 dollar pour terminer le T1 2019 en recul de 2,2%.

Un ralentissement de la croissance chinoise sous contrôle

Remarquablement stable depuis 2016, autour de 6,7% sur un an, la croissance chinoise est repartie à la baisse depuis trois trimestres, pour atteindre +6,4% au T4 2018, son rythme le plus faible depuis la crise économique et financière de 2008-2009. Afin d’éviter qu’elle ne tombe en dessous de leur objectif de 6,0%-6,5% en 2019, les autorités chinoises ont engagé un plan de soutien monétaire et budgétaire. Sur le plan monétaire, la banque centrale chinoise a abaissé à plusieurs reprises les réserves obligatoires des banques pour relancer la croissance du crédit. Sur le plan budgétaire, le gouvernement a annoncé des baisses de taxes pour les ménages et les entreprises, pour un montant représentant environ 2% du PIB en 2019. Par ailleurs, les collectivités locales ont accéléré leurs émissions d’obligations servant à financer leurs projets d’infrastructures. Si les statistiques chinoises restent mitigées au T1 2019, la croissance du crédit commence à se redresser et les indices PMI se sont nettement améliorés au mois de mars, suggérant que les mesures de soutien commencent à produire leurs effets. Ces dernières devraient permettre une stabilisation de la croissance chinoise dans les prochains mois, malgré la guerre commerciale avec les Etats-Unis, mais la relance du crédit pose toujours autant de questions sur la capacité du pays à réduire sa dépendance à la dette.

 

  • L’indice ISM Manufacturier est un indicateur de confiance synthétisant les résultats des enquêtes menées auprès des directeurs d’achats des entreprises du secteur manufacturier. Une valeur supérieure à 50 indique un sentiment positif dans le secteur concerné et inversement.
  • les indices PMI (Purshasing Manager’s Indices) et ISM (Insitute for Supply Management) sont des indicateurs de confiance qui synthétisent les résultats des enquêtes menées auprès des directeurs d’achats des entreprises. Une valeur supérieure à 50 indique un sentiment positif dans le secteur concerné (manufacturier ou service) et inversement.
  • FOMC : Politique monétaire de la réserve fédérale.

Chiffres : sources Bloomberg et Factset en date du 26/04/2019

 

 

Sur le même sujet, découvrez les articles suivants :

Identifier l’innovation sous toutes ses formes, au-delà des effets de mode

Arnaud Brossard, analyste-gérant sur les actions européennes, en charge des ...Lire la suite

Vidéo | perspectives économiques et financières 2019

L’économie américaine est entrée dans la dernière phase de l’expansion ...Lire la suite

Perspectives financières 2019 | Des actifs financiers qui intègrent un scénario très négatif

Partie 5 : des actifs financiers qui intègrent un scénario ...Lire la suite