Pourquoi investir sur les obligations High Yield européennes ?

DES ATOUTS AU SEIN D’UN PORTEFEUILLE

 

SELON NOUS, UN CONTEXTE FAVORABLE SUR LA CLASSE D’ACTIFS EN 2017

  • Une activité qui s’accélère en Europe : des indices PMI au plus haut depuis 2011.
  • Une poursuite de l’assouplissement des conditions d’accès aux crédits bancaires, ce qui accroît les sources de refinancement possibles.
  • Une amélioration des notations : plus d’upgrades que de downgrades au 1er trimestre 2017.

Des perspectives encourageantes pour 2017 : les résultats des entreprises au 1er trimestre 2017 sont bien orientés. Les guidances sont optimistes pour 2017.

  • Les taux de défaut des obligations High Yield sont actuellement peu élevés en Europe : 2,5% à fin mars 2017 selon Moody’s. Ceci s’explique par la vigueur des fondamentaux de crédit et par la reprise de l’activité de refinancement des entreprises.

Les taux de défaut devraient rester bas en 2017 autour de 2% selon les prévisions de Moody’s

  • Le marché des loans est privilégié car considéré comme étant moins cher et plus souple.
  • Les nouveaux entrants ne compensent pas les remboursements, ce qui accentue l’attrition du gisement.
  • Début 2016 : 511 émissions dans l’indice HEAE pour un montant total de 250 milliards €.
  • Avril 2017 : 421 émissions dans l’indice HEAE pour un montant total de 235 milliards €.
  • La part des émissions notées BB atteint un niveau record de 59%. Ce déficit d’offre de papiers est encore plus accentué sur les papiers de notation B.

  • Les dettes corporate hybrides notées BB, émises par des sociétés bénéficiant d’une notation émetteur Investment Grade offrent un rendement supérieur aux obligations High Yield de même notation. Ces dettes corporate hybrides représentent 12% de l’indice Merrill Lynch HEAG.
  • Un bon niveau de portage sur les obligations notées B.

 

  • Seul le High Yield américain offre des rendements supérieurs. Toutefois, il convient de noter que :
  • Le cycle de crédit américain est plus avancé que le cycle européen.
  • La composition des indices est différente : l’univers américain présente davantage de titres notés B et CCC.
  • A notation équivalente, les spreads sur le High Yield américain sont inférieurs aux spreads sur le High Yield européen (-5pbs sur les obligations notées BB et -37pbs sur les obligations notées B).
  • Le coût de la couverture du risque de change peut être élevé, pouvant réduire le rendement réel obtenu en Euro.

 

 

 

Ce document n’a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Les analyses et/ou descriptions contenues dans ce document ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Lazard Frères Gestion SAS. Ce document ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement. Ce document est la propriété intellectuelle de Lazard Frères Gestion SAS.

Sur le même sujet, découvrez les articles suivants :

Économie : que s'est-il passé au 1er trimestre 2019 ?

  Apaisement des craintes de récession aux Etats-Unis Les statistiques publiées ...Lire la suite

Identifier l’innovation sous toutes ses formes, au-delà des effets de mode

Arnaud Brossard, analyste-gérant sur les actions européennes, en charge des ...Lire la suite

Vidéo | perspectives économiques et financières 2019

L’économie américaine est entrée dans la dernière phase de l’expansion ...Lire la suite