, Etats-Unis : Une épargne forcée massive

Etats-Unis : Une épargne forcée massive

Graphique de la semaine

Les mesures de restriction liées à l’épidémie de Covid-19 ont entrainé d’importantes pertes d’activité qui ont pesé sur les revenus des ménages. Les revenus salariaux ont ainsi baissé de 11% entre mars et avril, ceux des indépendants de 18%. Le regain d’activité en mai a permis à ceux-ci de rebondir.

Le gouvernement américain a pris des mesures de soutien des revenus des ménages, principalement l’envoi de chèques d’un montant pouvant atteindre 1200 USD par personne et une amélioration significative de l’indemnisation du chômage.  Cela vient s’ajouter aux stabilisateurs automatiques qui amortissent les chocs économiques au niveau des revenus des ménages.

Dans le graphique ci-dessous, nous estimons le montant des revenus d’activité perdus par rapport à la tendance qui prévalait avant mars. Nous faisons de même pour les transferts nets (prestations sociales moins impôts et cotisations pour résumer), la consommation. Ces montants sont rapportés au revenu disponible moyen des douze mois précédents la crise pour mieux estimer l’ampleur de l’épargne forcée.

Alors que les ménages américains ont épargné environ 8% de leur revenu disponible en 2019, l’« épargne forcée » supplémentaire liée à l’épidémie de Covid-19 s’élevait déjà à près de 4% du revenu annuel à fin mai.

, Etats-Unis : Une épargne forcée massive

NOTRE ANALYSE

Si la baisse de la consommation contribue à l’essentiel de cette épargne forcée, on peut constater que pour l’instant les mesures prises par le gouvernement ont plus que compensé la baisse des revenus d’activité. En effet sur les 2,6% d’augmentation des transferts nets, 2,2% peuvent être attribués aux mesures des plans d’aide votés par le congrès. L’envoi des chèques en représente l’essentiel mais l’indemnisation améliorée du chômage monte en puissance.

Maintenant que l’envoi des chèques est bientôt terminé et qu’il ne restera plus que l’indemnisation améliorée du chômage, dans l’attente de nouvelles mesures, la question est maintenant de savoir à quelle vitesse les revenus d’activité vont se normaliser. Après une baisse de 12% entre février et avril, ils ont déjà rebondi de 3% en mai. Néanmoins, si le mouvement prend trop de temps, l’importante épargne forcée permettra de compenser une partie des revenus perdus.

 

Voir aussi :

Accélération de la bascule du commerce physique vers le digital

L’opinion exprimée ci-dessus est datée du 2 juillet 2020 et est susceptible de changer.

Ce document n’a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Les analyses et/ou descriptions contenues dans ce document ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Lazard Frères Gestion SAS. Ce document ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement. Ce document est la propriété intellectuelle de Lazard Frères Gestion SAS. LAZARD FRERES GESTION – S.A.S au capital de 14.487.500€ – 352 213 599 RCS Paris 25, RUE DE COURCELLES – 75008 PARIS.


-- PDF --


Publié par

mm

Julien-Pierre Nouen

Directeur des études économiques et de la gestion diversifiée