États-Unis : recherche désespérément main d’œuvre

Graphique de la semaine

Le chiffre des créations d’emplois en avril a été très inférieur aux attentes. Le consensus tablait sur près d’un million de nouveaux emplois créés, il n’y en a eu que 266 000. Faut-il y voir le signe d’une reprise plus anémique que ce que l’on pouvait espérer ?

Plusieurs indicateurs laissent penser qu’il s’agit davantage d’un problème d’offre de travail. La hausse du nombre d’heures travaillées, la forte hausse du salaire horaire peuvent être interprétées comme les signes des difficultés des entreprises à embaucher.

Interrogées sur cette question, les petites entreprises déclarent avoir des difficultés historiques à recruter. La situation semble même s’être nettement dégradée sur les derniers mois.

NOTRE ANALYSE

De nombreuses informations anecdotiques vont effectivement dans le sens d’une difficulté pour les entreprises, notamment dans la restauration, à trouver de nouveaux employés. Le détail de l’enquête [1]JOLTS montrait pour le mois de mars un taux de licenciements au plus bas historique et un taux de démission très élevé.

Quelles sont les raisons possibles de ces difficultés ? Des réorientations ont pu jouer, certaines personnes ayant changé de secteur et ne souhaitant pas retourner dans leur secteur initial. Mais le nombre de chômeurs et de personnes ayant récemment quitté la population active reste élevé.

Il faut peut-être y voir les conséquences de la bonification de l’indemnisation chômage qui à 300 USD par semaine permet encore à certaines personnes de toucher au chômage un montant au moins équivalent à leur salaire précédent. Dès lors, l’incitation à retrouver un emploi diminue. Ce dispositif doit s’éteindre début septembre mais l’administration Biden a déjà annoncé que les gens refusant un emploi ne pourrait plus toucher leur indemnisation chômage.

 

Voir aussi : https://lazardfreresgestion-tribune.fr/etats-unis-nette-amelioration-des-inscriptions-hebdomadaires-au-chomage/

 

[1] Enquête JOLTS: Job Openings and Labor Turnover Survey propose une mesure de l’excès de l’offre de travail aux Etats-UnisL’opinion exprimée ci-dessus est datée du 12 mai 2021 et est susceptible de changer.

Ce document n’a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Les analyses et/ou descriptions contenues dans ce document ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Lazard Frères Gestion SAS. Ce document ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement. Ce document est la propriété intellectuelle de Lazard Frères Gestion SAS. LAZARD FRERES GESTION – S.A.S au capital de 14.487.500€ – 352 213 599 RCS Paris 25, RUE DE COURCELLES – 75008 PARIS


-- PDF --