ENTRE NOUS | Lettre de la Gestion Privée Q4 2021

Nicolas Hieronimus (L’Oréal) : le développement durable est « une préoccupation de tous les instants »

Le 4 octobre dernier, Lazard Frères Gestion accueillait Nicolas Hieronimus, directeur général de L’Oréal, lors d’un forum dédié à l’ESG. L’occasion d’illustrer concrètement la mise en place d’une stratégie durable au sein d’une entreprise de premier rang.

Tout a été dit, tout a été écrit sur l’investissement responsable et les fameux critères « ESG ». En quelques années, le sujet est devenu un enjeu sociétal de premier plan, auquel cherchent à répondre les entreprises, les États, les régulateurs, et bien sûr les sociétés de gestion. Non sans critiques d’ailleurs, puisque les accusations de greenwashing animent régulièrement les débats sur le sujet.

Pourtant, au-delà du scepticisme de certains, beaucoup d’entreprises réalisent bel et bien des efforts considérables pour faire évoluer leurs pratiques et s’inscrire dans une logique de développement durable, tant sur le plan environnemental que social.

Quand « profitabilité » rime avec « durabilité »

L’Oréal incarne cette philosophie. En matière d’impact, l’entreprise ne laisse rien au hasard. Formules biodégradables, chimie verte, préservation des ressources naturelles, absence de tests sur animaux, approvisionnement éthique auprès de fournisseurs attentifs aux conditions de travail de leurs salariés : depuis de nombreuses années, l’entreprise a une longueur d’avance en matière de responsabilité sociétale et environnementale.

« Il s’agit pour nous d’une préoccupation de tous les instants » soulignait Nicolas Hieronimus lors de son intervention, insistant sur le fait que « la performance extra-financière est tout aussi importante que la performance financière ». Dans les deux domaines, L’Oréal vise l’excellence. Côté gestion, l’entreprise se distingue par sa marge brute exceptionnelle de 74,5% au premier semestre 2021. Côté engagements, le groupe est parvenu à réduire l’empreinte carbone de ses usines et centrales de distribution de 81% depuis 2005, tout en augmentant sa production de 29%.

Réduire ses émissions de CO2 n’est bien sûr pas le seul objectif que L’Oréal s’est fixé sur le plan environnemental. Entre 2013 et 2020, la stratégie du groupe s’est concentrée sur le programme « Sharing Beauty With All ». L’idée ? Structurer sa croissance autour du développement durable, avec une idée forte : améliorer tous ses nouveaux produits pour diminuer leur empreinte environnementale. Un véritable défi scientifique. « Nous investissons dans les green sciences, qui permettent de remplacer autant que possible la chimie traditionnelle, ceci sans épuiser la nature » a expliqué Nicolas Hieronimus. Car si puiser dans des ressources renouvelables est essentiel, préserver la biodiversité et tenir compte des limites planétaires l’est encore plus.

Un engagement en faveur de l’inclusion sociale

Agir pour un monde plus vert nécessite également de rendre ces produits accessibles à tous. « Jusqu’ici, nous avons pu réaliser cette transition à iso-coût pour les consommateurs » soulignait le directeur général du groupe. Pour favoriser cette transition, L’Oréal mise également sur la pédagogie. « Nous voulons éduquer les gens, par exemple en leur expliquant qu’un shampoing solide, vendu dans un carton, c’est quelque chose de plus écologique qu’un shampoing traditionnel ».

Cette approche s’étend plus largement au territoire de l’inclusion sociale. Le groupe travaille par exemple sur une personnalisation croissante de ses produits pour s’adresser aux personnes de toutes origines. L’inclusion sociale recouvre également la chaîne de production, L’Oréal partageant avec ses fournisseurs de bonnes pratiques en matière de travail et de rémunération, et en mettant en place des programmes d’approvisionnement solidaires avec l’aide d’ONG locales, en particulier dans les pays émergents.

Enfin, l’inclusion sociale se fait au sein-même des équipes de L’Oréal. La société a notamment décidé de se saisir de la question de l’intégration des jeunes sur le marché de l’emploi. « La jeunesse a été très fortement touchée par la pandémie de Covid-19. L’Oréal a donc choisi de se mobiliser avec le programme L’Oréal for Youth, qui va permettre d’augmenter les offres de stages et d’emplois pour les moins de 30 ans » rappelait le directeur du groupe. L’entreprise vise ainsi l’intégration de 18.000 stagiaires et jeunes actifs sur l’ensemble de l’année 2021, un chiffre en hausse de 30 % face à 2020, et qui atteindra 25.000 opportunités de travail chaque année dès 2022.

Le regard tourné vers l’avenir

Depuis 2020, le groupe s’est par ailleurs lancé dans un nouveau plan, « L’Oréal pour le Futur ». Parmi ses objectifs phares : « l’ensemble des sites du groupe au bilan carbone neutre d’ici 2025 », mais aussi « 100% d’emballages plastiques d’origine recyclée ou biosourcée d’ici 2030 » ainsi qu’« une neutralité carbone totale d’ici 2050 sur les scopes 1, 2 et 3 » a détaillé Nicolas Hieronimus. Le « scope 3 » englobe l’empreinte écologique des utilisateurs, tenant compte par exemple de leur consommation d’eau et d’énergie nécessaires à l’utilisation de certains produits.

L’Oréal ne compte plus les récompenses qui lui ont été attribuées pour mettre en valeur ses efforts et ses succès en matière de développement durable. Dernier trophée en date : le « Grand prix du gouvernement d’entreprise », décerné par L’Agefi le 1er octobre 2021. Preuve, s’il en est, que les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance sont intimement liés.

La raison d’être de L’Oréal, « Créer la beauté qui fait avancer le monde », n’est donc pas qu’un slogan. C’est avant tout une mentalité, un état d’esprit pour relever les défis de notre société. Pour Lazard Frères Gestion, cet exemple illustre la capacité des entreprises à apporter des solutions concrètes pour construire un monde meilleur. Leur impulsion et leur capacité d’innovation jouera un rôle majeur pour parvenir collectivement à limiter le réchauffement climatique, préserver la biodiversité et favoriser l’égalité sociale.

* * *

Voir aussi : https://lazardfreresgestion-tribune.fr/economie-lettre-de-la-gestion-privee-q4-2021/

L’opinion exprimée ci-dessus est datée du 14 octobre 2021 et est susceptible de changer.

Ce document n’a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Les analyses et/ou descriptions contenues dans ce document ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Lazard Frères Gestion SAS. Ce document ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement. Ce document est la propriété intellectuelle de Lazard Frères Gestion SAS. LAZARD FRERES GESTION – S.A.S au capital de 14.487.500€ – 352 213 599 RCS Paris 25, RUE DE COURCELLES – 75008 PARIS.

 


-- PDF --