Élections en France : des marchés moins inquiets

LE GRAPHIQUE DE LA SEMAINE

Plusieurs mesures permettent de mesurer la prise en compte par les marchés du risque lié aux prochaines élections en France. Une bonne partie concernent les marchés obligataires, qu’il s’agisse du niveau du CDS ou plus simplement de l’écart entre les rendements des obligations des trésors français et allemand. Une autre mesure consiste à comparer les volatilités implicites pour les options à 90% de la monnaie sur l’indice CAC 40 pour les actions françaises et sur le DAX pour les actions allemandes.

Pour résumer, cette mesure nous montre combien les investisseurs sont prêts à payer en plus pour se protéger contre le risque d’une forte baisse du CAC 40 par rapport au même niveau de risque pour le DAX.

Notre analyse

Jusqu’au début du mois de février, le coût de la protection était à peu près le même avant de connaître un écartement notable suite aux révélations concernant François Fillon. Mais depuis mars, cet écart a tendance à se réduire. On observe le même mouvement de réduction des tensions sur les obligations d’État et sur les CDS.

Les marchés semblent donc attribuer une probabilité plus faible au scénario le plus inquiétant, celui qui entrainerait un vote en faveur d’une sortie de la zone euro.

 

L’opinion exprimée ci-dessus est datée du 27 mars 2017 et est susceptible de changer

Ce document n’a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Les analyses et/ou descriptions contenues dans ce document ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Lazard Frères Gestion SAS. Ce document ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement. Ce document est la propriété intellectuelle de Lazard Frères Gestion SAS


-- PDF --


Published by

mm

Julien-Pierre Nouen

Directeur des études économiques et de la gestion diversifiée