Brésil banque centrale taux inflation real dépréciation

Brésil : la dépréciation du réal stoppe la baisse des taux

LE GRAPHIQUE DE LA SEMAINE

A l’issue de leur réunion du 16 mai, les membres du Comité de politique monétaire (COPOM) ont décidé de maintenir le taux directeur à 6,50%, alors que le consensus attendait une baisse de 25 points de base.

Cette décision, prise à l’unanimité, met ainsi fin à douze baisses des taux consécutives depuis le mois d’octobre 2016 (-775 points de base en cumulé). Dans son communiqué, la banque centrale a indiqué qu’elle maintiendra son taux directeur à ce niveau lors des prochaines réunions, signalant ainsi la fin du cycle d’assouplissement monétaire.

Les membres du COPOM justifient leur décision par l’évolution récente de la balance des risques en matière d’inflation. Autrement dit, l’accélération de la dépréciation de la devise sur les dernières semaines (-12% face au dollar depuis la dernière réunion du COPOM le 21 mars 2018) rend moins probable le scénario d’inflation de la banque centrale (4,0% en 2018 et 2019 avec un taux de change USD/BRL à 3,60, contre 3,67 actuellement, et un taux directeur stable), sans pour autant le remettre en cause.

brésil dépréciation du réal stoppe la baisse des taux - taux directeurs et inflation sur un an

 

NOTRE ANALYSE

La banque centrale brésilienne a privilégié la prudence à un plus grand soutien à l’économie, même si elle reconnait que les dernières statistiques économiques pointent un ralentissement de l’activité au premier trimestre, un choix qui devrait participer à renforcer sa crédibilité.

De manière générale, la dépréciation des devises émergentes sur les dernières semaines complexifie la tâche des banquiers centraux de ces pays dans la mesure où elle risque de se traduire par une accélération non-désirée de l’inflation.

Cela est d’autant plus vrai dans les économies où l’inflation est déjà très élevée comme la Turquie. Le durcissement monétaire de fin avril n’ayant pas permis de stabiliser la devise, le pays pourrait bientôt être contraint de procéder à un relèvement massif de ses taux d’intérêt. Néanmoins, les élections générales anticipées du 24 juin 2018 compliquent la donne.

 

L’opinion exprimée ci-dessus est datée du 17 mai 2018 et est susceptible de changer.

Ce document n’a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Les analyses et/ou descriptions contenues dans ce document ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Lazard Frères Gestion SAS. Ce document ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement. Ce document est la propriété intellectuelle de Lazard Frères Gestion SAS.

 


-- PDF --


Published by

mm

Julien-Pierre Nouen

Directeur des études économiques et de la gestion diversifiée